Article

Un 8 mai clandestin

Stupéfaction : la veille du 8 mai, la maire prévient les conseillers que seuls elle et son 1er adjoint (Patrice Melot) participeront aux cérémonies du 8 mai. Cérémonies au cours desquelles ils déposeront une gerbe aux monument aux morts.
Pas d’autres conseillers, et, apparemment, pas d’anciens combattants.
Motif avancé : « les préconisations des services de l’Etat »


Clou de l’absurdité et de son goût du secret : non seulement elle n’indique pas l’heure du dépôt de gerbe, mais elle l’effectue à 9 h du matin, heure inhabituelle, qui empêche effectivement quiconque de participer au recueillement, même de loin (car après tout, on peut regarder depuis la rue, de son balcon etc… sans créer de risque sanitaire…).

Mais que craint-elle en agissant ainsi ?
Cette décision, qui résulte d’une interprétation toute personnelle des consignes préfectorales, heurte la tradition républicaine d’union pour les célébrations nationales et est totalement incohérente avec les agissements récents de la maire :

  • Les autres communes ne pratiquent pas une restriction aussi forte, la seule exigence de l’Etat étant un format restreint, et en tout état de cause, elles ont annoncé l’heure… Denise Comoy aurait au moins pu imiter notre voisine Lélex…
  • Le 11 novembre, alors que nous étions en confinement complet, tout le conseil était invité à la cérémonie.
  • Au dernier conseil municipal, qui se déroulait pourtant pendant le 3ième confinement, la maire avait accepté très largement le public ; qui peut croire qu’une dizaine de personnes aux alentours du monument aux morts présenterait plus de risques qu’une grosse vingtaine dans la salle des fêtes?

Conclusions :
Où est le bon sens ? Où est la cohérence ?
Denise Comoy, après s’être isolée du reste du conseil par son comportement et ses décisions, s’enfoncerait-elle tellement dans son isolement qu’elle ne voudrait plus voir quiconque d’autre que son 1er adjoint ? Et pour cela elle organise une cérémonie semi-clandestine pour célébrer une fête nationale !

Denise Comoy et Patrice Melot monopolisent à leur usage un moment fort de l’histoire de la France, qui devrait être au contraire un moment d’union : la paix retrouvée en 1945 !

Dans notre commune, cette cérémonie a pourtant une importance toute particulière, en raison des faits de résistance accomplis pas ses habitants…

La spontanéité des habitants a permis de sauver l’honneur !
Choqués par cette attitude, des habitants, attachés à la mémoire de la commune, ont spontanément composé une potée avec des fleurs qu’ils avaient et l’ont déposée à 11h à côté de la gerbe officielle (dans le respect des gestes barrière, bien sûr). Ces fleurs ne sont pas entourées du ruban bleu-blanc-rouge, mais le cœur y était… accompagné du souvenir de la résistance.

Inscrivez vous pour recevoir automatiquement les prochains articles

En validant ce formulaire vous consentez à recevoir un courriel de la part de Mijoux Et Vous à chaque publication d'un nouvel article, vous pourrez vous désabonner à tout moment via un lien de désinscription présent dans chaque communication. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6.01.1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27.04.2016, vous disposez sur vos données des droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement, droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Pour exercer vos droits, merci de nous contacter via le formulaire de contact.